Le Vaginisme : Pénétration vaginale impossible

le vaginisme : causes et traitements

Le vaginisme désigne un trouble sexuel constitué d’une contraction involontaire de la musculature vaginale, ce qui empêche toute pénétration vaginale : la femme souffrant du vaginisme a du mal à accepter l’acte sexuel malgré le désir de le faire.

Le vaginisme est probablement le reflet des conditions psychologiques cachées ou refoulées de la femme, puisqu’elle associe douleur et peur aux rapports sexuels, également liée à une phobie de pénétration remarquable, parfois même non motivée.

Plus précisément, la douleur réelle de pénétration est parfaitement exprimée par la dyspareunie , qui diffère du vaginisme car, dans ce dernier cas, la peur de la douleur est souvent sans fondement et ne reflète que des phobies anticipées de l’acte sexuel.

Incidence du vaginisme

On estime que le vaginisme touche 1 à 2% des femmes en âge de procréer: le pourcentage augmente (15 à 17%) si l’indice d’incidence concerne uniquement les femmes qui subissent de fréquents examens gynécologiques et qui déclarent spontanément le problème.

Malheureusement, toutefois, il n’est pas possible d’évaluer avec précision le nombre de femmes atteintes du vaginisme, car elles ont probablement honte d’en parler à leur médecin.

Les symptômes

Le vaginisme est une maladie cognitivo comportementale et, pour cette raison, il ne faut pas le sous-estimer: nous avons vu que la phobie du sexe et le spasme involontaire des muscles vaginaux sont les deux caractéristiques principales qui caractérisent le vaginisme.

Par conséquent, pour évaluer la gravité du trouble, il faut se concentrer à la fois sur l’intensité de la phobie (mesurée sur une échelle idéale de valeurs: légère, modérée, sévère) et sur l’intensité du spasme.

Par exemple, nous parlons d’un faible degré de gravité du spasme quand il disparaît avec une simple assurance verbale: dans ce cas, la pénétration est généralement possible.

A lire  Viagra féminin : Comment cela fonctionne ?

L’étape suivante est caractérisée par un spasme qui dure dans le temps, souvent caractérisé par une douleur modérée pendant les rapports sexuels (dyspareunie). Aux stades de gravité plus élevés, la pénétration est très difficile car le spasme est si serré qu’il empêche le coït; à tel point que dans le dernier niveau, le plus grave, la femme refuse également la vue.

Sur la base de l’évaluation entrelacée de ces paramètres, il est possible de délimiter la gravité du vaginisme.

Conséquences du vaginisme

Il est compréhensible que le rejet de l’acte sexuel par la femme, causé par le vaginisme, puisse également avoir des conséquences pour le partenaire.

L’homme se sent inadéquat, frustré et incapable de satisfaire les désirs de sa propre femme: le déficit d’entretien érectile représente certainement l’effet le plus immédiat qui, à long terme, pourrait se traduire par une stérilité. En effet, ce n’est pas un hasard si dans un pourcentage variant de 5 à 7% des couples (indûment) « stériles », il n’y a pas de relations sexuelles.

Le vaginisme provoque une perte progressive (mais inévitable) de désir sexuel, associée à une incapacité d’éveil sexuel avec le partenaire: l’intimité érotique échoue et le partenaire, non motivé, insatisfait et déprimé, ne se sent pas « à la hauteur ».

Si la femme atteinte de vaginisme est définie comme « celle qui induit le symptôme », l’homme est « celle qui porte le symptôme », car le sentiment de culpabilité sans fondement lui cause des dysfonctionnements sexuels tels que des déficits érectiles, une incapacité à maintenir une érection, perte de désir et éjaculation prématurée .

Le vaginisme a la primauté d’être la cause la plus fréquente de mariages non consommés .

 

A lire : Un homme qui veut agrandir son pénis, c’est possible ou pas ?

A lire  Micropenis : A partir de quelle taille ? Solutions & Traitements

Quelles en sont les causes ?

Le vaginisme est une condition assez complexe, car les causes qui le provoquent sont souvent cachées et difficiles à découvrir. L’approche multimodale du vaginisme est indispensable pour le traitement de la maladie, afin d’éliminer non seulement la phobie de la femme et les facteurs psychosomatiques, mais également de résoudre le spasme musculaire qui se développe au moment de la pénétration.Comme on peut le deviner, les facteurs déclencheurs ont une nature physique et psychologique.

Nous commençons à analyser les facteurs psychologiques du cercle vicieux qui affectent le vaginisme:

  • L’acte sexuel est associé à un facteur négatif, « quelque chose de sale » qui doit être évité : cette pensée touche la plupart des femmes avec le vaginisme, en particulier les jeunes femmes qui ne connaissent pas encore la maturité sexuelle;
  • Beaucoup de femmes victimes de violence / violence sexuelle interprètent le sexe comme un danger et une douleur, sensations qui reflètent parfaitement le vaginisme: cette condition est compréhensible après un harcèlement, mais des séances psychiatriques peuvent résoudre le problème dans un délai relativement court;
  • Même un attachement excessif aux parents peut affecter le vaginisme, et par conséquent le refus de la sexualité par peur d’être jugé;
  • La peur (ou plutôt la terreur) de tomber enceinte et que « quelque chose ne va pas » pourraient conduire la femme au rejet progressif du sexe;
  • Le vaginisme pourrait être lié à d’autres phobies neurobiologiques ( agoraphobie , claustrophobie, etc.), au stress et à l’ anxiété : c’est une hyperactivité de l’émotion de commande fondamentale de l’anxiété / peur, qui se traduit par la peur de la pénétration

Si les facteurs psychologiques ont fait l’objet d’études et de recherches approfondies de la part des chercheurs, les factorialistes qui déclenchent le vaginisme primaire sont toujours couverts par une aura d’incertitude: souvent, les deux catégories de facteurs causaux (psychologiques et physiques, par exemple), en fait) ils se chevauchent et l’un peut être une conséquence de l’autre.

A lire  Douleurs pendant les rapports : Comment faire l’amour sans avoir mal ?

On estime que seulement 1% des femmes atteintes de vaginisme souffrent de ce trouble dès le début de leur première approche sexuelle: un hymen très rigide et fibreux pourrait être difficile à pénétrer et créer une douleur lors des rapports sexuels.

Quand les tentatives de pénétration sont vaines car particulièrement douloureuses pour les femmes, la structure de l’ hymen pourrait être un premier facteur causatif qui prédispose au vaginisme.

La douleur pendant les rapports sexuels pourrait toutefois être provoquée par une chirurgie ou un traumatisme ; même la terrible pratique d’ infibulation , encore pratiquée par de nombreuses populations africaines, pourrait générer des cicatrices dans l’ appareil génital féminin et causer de la douleur lors de la pénétration: dans ce cas, le facteur physique (la fermeture du vagin à la moitié du grand lèvres, avec ablation possible du clitoris ) associée à des troubles psychologiques (douleur, peurs) pourrait agir en synergie et déclencher le vaginisme.

Pourtant, certaines maladies graves, telles que l’agénésie vaginal , pourrait contribuer à la formation du vaginisme: c’est une malformation qui prévoit l’absence totale ou partielle du vagin, caractéristique du syndrome de Rokitansky .

Les causes du vaginisme

Facteurs psychologiques

  • L’acte sexuel est associé à un facteur négatif, « quelque chose de sale » qui doit être évité
  • abus sexuel / violence
  • attachement excessif aux parents
  • autres phobies de nature neurobiologique
  • terreur de tomber enceinte
  • refus du sexe par peur d’être jugé

Facteurs physiques

  • L’hymen très rigide et fibreux peut être difficile à pénétrer et créer de la douleur pendant les rapports sexuels
  • chirurgie ou traumatisme
  • infibulation
  • maladies graves, telles que l’agénésie vaginale mullérienne

Lire aussi: Tous les remèdes contre le vaginisme»

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut